Baby blues et dépression du post-partum

 La dépression du post-partum et le baby blues ne doivent pas être confondues. En effet, alors que le baby blues est considéré comme un phénomène normal, la dépression puerpérale ou dépression du post-partum est une forme de dépression qui peut nécessiter un suivi psychologique.

femme enceinte et sa fille

.

Définition du baby blues

Le baby blues est également appelé « syndrome du troisième jour » car ils survient généralement quelques jours après l’accouchement. Le baby blues se manifeste par de l’irritabilité, de l’anxiété, la sensation d’être très vulnérable et des modifications rapides de l’humeur. Cet épisode transitoire s’explique par des modifications hormonales (chute hormonale importante liée à l’accouchement), le stress lié aux premiers temps avec le bébé et un manque de sommeil.

Le baby blues est un phénomène très fréquent et concernerait 80 % des femmes. Le plus souvent, il est passager et dure de quelques heures à 2 semaines. Les symptômes s’estompent alors d’eux-mêmes sans qu’il n’y ait besoin de consulter un professionnel.

.

Définition de la dépression du post-partum

La dépression post-partum est un syndrome dépressif. Le plus souvent, elle survient 1 à 2 mois après la naissance du bébé et son intensité peut être variée. Les symptômes sont plus nombreux et plus sévère que pour le baby blues. La dépression puerpérale se traduit par un sentiment de découragement important, des pleurs constants, une perte de l’estime de soi, de l’anxiété, des troubles de l’humeur ou de l’épuisement. La dépression post-partum entraîne souvent un sentiment d’ambivalence vis-à-vis de la maternité et du bébé.

.

La dépression puerpérale : un phénomène très fréquent

Près d’une mère sur 10 fait une dépression du post-partum, il s’agit donc d’un syndrome extrêmement fréquent mais souvent passé sous silence. Ainsi, sur Paris plus de 3.000 mères seraient concernées chaque année et près de 20.000 en région parisienne.

Une étude a ainsi été menée par le Collège Royal des Sages-Femmes britannique auprès de 1500 femmes enceintes et jeunes mamans afin de mieux comprendre le ressenti des mères souffrant d’une dépression du post-partum. Les résultats sont les suivants :

  • 12% ont l’impression qu’elles vont avoir des difficultés d’ordre financier avec l’arrivée de bébé,
  • 22% ont le sentiment de devoir être “parfaites”,
  • 21% disent qu’elles souffrent d’un manque de soutien matériel ou émotionnel au quotidien,
  • près d’une sur 2 n’a plus envie de sortir de sa maison,
  • une sur 5 dit avoir déjà songé au suicide
  • 40% ne reçoivent aucune prise en charge ou traitement liés à leur dépression.

.

Symptômes de la dépression du post-partum

Les signes et symptômes de la dépression puerpérale sont les suivants :

  • Perte d’intérêt pour le nourrisson,
  • Sentiments négatifs vis-à-vis du bébé,
  • Désinvestissement de soi,
  • Perte de l’élan vital (manque d’intérêt ou d’enthousiasme pour les activités perçues auparavant comme distrayantes),
  • Manque d’énergie,
  • Diminution de l’estime de soi,
  • troubles du sommeil (insomnie ou hypersomnie)
  • Pensées morbides ou suicidaires

.

Les causes

Il n’existe pas de cause unique à la dépression du post-partum. Les études tendent à distinguer une série de facteurs, notamment :

  • des modifications hormonales,
  • un écart entre les attentes et le vécu de l’accouchement,
  • un sentiment de perte ou de manque lié à la fin de la grossesse,
  • des tensions dans le couple,
  • l’exigence des soins pour le nouveau né,
  • les bouleversements liés à la préoccupation maternelle primaire 
  • un manque de soutien familial,
  • des antécédents familiaux de dépression puerpérale,
  • des antécédents de dépression ou de trouble psychiatrique.

.

Test pour la dépression du post-partum

Afin de mieux cerner la différence entre baby-blues et dépression périnatale et savoir quand demander conseil à un professionnel, le recours à un auto-questionnaire peut s’avérer utile.

Les échelles ou questionnaires utilisés pour caractériser la dépression du post-partum ne doivent toutefois pas se substituer au diagnostic d’un professionnel et sont ici fournis dans un but uniquement informatif.

L’Edinburgh Postnatal Depression Scale (EPDS) est un outil psychométrique utilisé dans de nombreux pays pour aider au dépistage de la dépression post-natale. Il s’agit d’un test simple et rapide d’emploi.

Faire le test

 .

Consulter sur Paris

Si vous pensez souffrir de dépression du post-partum il peut être important de demander conseil à un professionnel.

Si vous habitez à Paris, Montreuil ou en île de France, je peux vous recevoir (Paris XXe) que ce soit pour une consultation ou pour entamer un psychothérapie.

Si vous habitez hors de la région parisienne et que vous cherchez un un psychologue ou un psychiatre près de chez vous, il existe différents annuaires de psy, je vous conseille :

Pour trouver un psychologue : le site du syndicat national des psychologues.

Pour trouver un psychiatre : l’annuaire des psychiatres sur Ameli.

N’hésitez pas également à consulter notre dossier « comment choisir un psy ».