Vers qui se tourner à l’école?

Lorsqu’un enfant rencontre des difficultés à l’école, il n’est pas toujours évident pour les parents de comprendre le rôle des différents professionnels qui peuvent lui venir en aide (le jargon de l’éducation nationale n’aidant pas !). En coopération avec les enseignants et le directeur d’établissement, qui restent les interlocuteurs privilégiés des familles, d’autres professionnels peuvent proposer leur aide aux familles.

Le RASED

Le Rased est un dispositif auquel tout enseignant peut faire appel lorsqu’il rencontre des difficultés avec un élève, qu’elles soient d’ordre scolaire (difficultés d’apprentissage), comportemental, relationnel etc. L’équipe du Rased est composée de psychologues et d’enseignants spécialisés qui peuvent proposer à l’enfant une aide individuelle ou en petits groupes hors de la classe. Parmi eux, le Maitre E prend en charge les élèves ayant des difficultés d’apprentissage, tandis que le Maitre G travail davantage la dimension dite rééducative pour les élèves qui, par leur agitation ou leur grande inhibition, expriment une difficulté à trouver leur place dans la classe ou dans l’école.

Lorsque le Rased est sollicité, un ou plusieurs membres de l’équipe viennent observer l’enfant en classe (en prenant soin de ne pas le stigmatiser devant ses camarades) afin de mieux comprendre les difficultés décrites par l’enseignant. Il s’agit dans un premier temps d’apporter un regard extérieur à l’enseignant sur l’élève, ce qui suffit parfois à débloquer la situation !

Suite aux observations faites en classe, les membres du Rased décident des aides qui peuvent être proposées à l’enseignant, à l’élève et à la famille. Ils rencontrent les parents lors d’entretiens ou en présence de l’ensemble de l’équipe éducative (réunion d’équipe éducative ou REE). L’autorisation parentale est généralement requise pour toute aide déployée hors de la classe (un suivi avec un maitre G ou un maitre E ou un entretien individuel et/ou un bilan psychologique avec le psychologue).

.

Le rôle du psychologue scolaire

L’école n’étant pas un lieu de soin, le psychologue de l’éducation nationale ne propose pas de prise en charge psychothérapeutique pour l’enfant. En revanche, il peut orienter les familles vers des soins extérieurs (psychologue en libéral, bilan orthophonique, CMP, CMPP etc.) lorsque cela lui paraît nécessaire.

Par ses observations en classe, ses rencontres avec l’enfant et la réalisation éventuelle de bilans psychologiques, le psychologue se fait le garant d’une prise en compte de la subjectivité de l’enfant afin qu’il puisse être considéré dans sa globalité (dimension affective et familiale, fonctionnement cognitif etc.) et non pas seulement dans son statut d’élève. Cela est particulièrement important pour déterminer si les difficultés de l’enfant sont liées à des éléments contextuels le concernant (événements douloureux dans la famille, tensions avec un(e) enseignant(e) ou avec des camarades etc.), si elles s’inscrivent davantage dans un trouble cognitif et/ou psychique entravant le bon développement de l’enfant, ou encore si elles sont liées à certaines défaillances de l’institution scolaire.

Bien souvent plusieurs facteurs sont impliqués et contribuent à renforcer les difficultés de l’enfant. Par exemple, un enfant qui rencontre des difficultés familiales importantes peut se trouver peu « disponible » pour travailler à l’école pendant un temps. Le système scolaire, fondé sur les classes de niveau et l’impératif des programmes, ne laisse que peu de place à l’indisponibilité psychique de l’enfant, surtout quand celle-ci s’installe sur de longues périodes. Celui-ci peut alors prendre du retard dans les apprentissages et perdre peu à peu confiance en lui. Lorsque les difficultés s’installent, elles peuvent donner lieu plus tard à un diagnostique de trouble des apprentissages ou d’un trouble cognitif.

Les échanges avec le psychologue scolaire peuvent permettre de croiser ces différents éléments, mettant en lien le regard des enseignants et celui de la famille, afin de favoriser une meilleure compréhension des difficultés de l’enfant et de lui proposer les aides et éventuellement les soins les plus adaptés.

.

L’inclusion scolaire des élèves en situation de handicap

Lorsque les difficultés de l’élève sont liées à des problématiques de santé appuyées par un diagnostique médical et donnant lieu à la reconnaissance d’un handicap (troubles du spectre autistique, handicap moteur etc.), l’institution scolaire travaille en lien avec la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) afin que l’enfant puisse avoir droit à des aménagements particuliers dans l’école. Il peut par exemple être accompagné par un(e) Accompagnant(e) d’élève en situation de handicap (AESH, plus connus sous le nom d’AVS !), à la demande conjointe de l’école et de la famille auprès de la MDPH.

Concernant la scolarisation de votre enfant en situation de handicap, votre interlocuteur privilégié à l’école est l’Enseignant référent à la scolarisation des élèves handicapés (ERSEH).

Auteur

  • Psychologue et psychothérapeute pour le cabinet Psy-enfant, je travaille également dans une consultation pour souffrance au travail. Spécialisée dans le suivi des enfants et des adolescents, je travaille notamment dans une perspective analytique autour de la question du trauma, de l'exil mais aussi des troubles des apprentissages.

Vers qui se tourner à l’école?
%d blogueurs aiment cette page :