Troubles du comportement alimentaire à l’adolescence

Qu’est-ce qu’un trouble des conduites alimentaires ?

Les troubles des conduites alimentaires ou du comportement alimentaire (TCA) sont des perturbations graves du comportement alimentaire.

Le rapport à l’alimentation est considéré comme pathologique non parce qu’il diffère des pratiques alimentaires habituelles mais parce qu’il a des répercussions négatives sur la santé physique et mentale de l’individu.

.

trouble des conduites alimentaires: série de gaufres

Définition des principaux troubles du comportement alimentaires

L’anorexie

L’anorexie est un des troubles alimentaires les plus connus. Elle se caractérise par le refus permanent et obsessionnel d’absorber des aliments.

Voir l’article sur l’anorexie

.

La boulimie

La boulimie se caractérise par un rapport pathologique à la nourriture se manifestant par des ingestions excessives d’aliments, de façon répétitive et durable. Ces crises de boulimie vont s’accompagner de comportements compensatoires inappropriés et récurrents visant à prévenir la prise de poids, tels que des vomissements, l’utilisation de laxatifs, de diurétiques, de lavements ou des exercices physiques excessifs.

Voir l’article sur la boulimie

.

L’hyperphagie

L’hyperphagie, comme la boulimie, se caractérise par une ingestion d’aliments en quantités importantes sur une courte période de temps. Toutefois, contrairement à la boulimie, il n’y a pas, dans l’hyperphagie, de stratégies de contrôle du poids tels que les vomissements, la prise de laxatifs ou un régime très restrictif. La crise d’hyperphagique (« huge eating » en anglais) est souvent suivie d’un sentiment de honte et de culpabilité. Les crises d’hyperphagie entraînent souvent mais pas systématiquement des problèmes de surcharge pondérale ou d’obésité.

.

Surpoids, obésité

L’obésité est définie comme un « excès de masse grasse entraînant des inconvénients pour la santé ». Ce surpoids est évalué à partir du calcul de l’Indice de Masse Corporelle (ou IMC), correspondant au poids (en kg) divisé par le carré de la taille (en mètres).

.

Tca : des chiffres très inquiétants

En France, les troubles du comportement alimentaire (tca) concerneraient 600 000 personnes.

Selon plusieurs études, les femmes représenteraient jusqu’à 95% des cas de tca et dans 90 % des cas, elles ont entre 15 et 25 ans.

L’anorexie, la boulimie, l’hyperphagie ou l’obésité touchent tous les milieux sans distinction.

.

D’une manière générale, les chiffres des études récentes sont alarmants :

  • En France, les troubles du comportement alimentaire sont considérés comme la seconde cause de mortalité chez les jeunes et la première cause de mortalité pour les maladies psychiatriques. On compte près 15000 décès par an des suites d’une anorexie ou d’une boulimie.
  • On estime qu’environ 20 % des adolescents qui traversent une crise d’anorexie et de boulimie ne vont pas consulter de médecin.

.

Même s’il s’agit de troubles très graves, il faut toutefois souligner que la majorité des adolescents n’ont pas de troubles des conduites alimentaire.

Ainsi, d’après une étude réalisée par l’Inpes, 77% des jeunes n’ont quasiment jamais rencontré de situations où ils auraient perdu le contrôle de leur alimentation. De la même façon 3/4 des jeunes n’ont jamais adopté des mesures restrictives volontaires comme le vomissement ou l’utilisation de diurétiques après un excès alimentaire (conduites de type crise de boulimie).

.

L’anorexie touche 200.000 personnes en région parisienne

En région parisienne et à Paris, on dénombre 180 000 femmes et 19 000 hommes qui souffriraient d’anorexie mentale, tandis que les formes intermédiaires de la maladie concerneraient près de 600 000 personnes d’après le réseau TCA d’Ile-de-France.

Pour faire face à ces troubles, un « réseau sur les troubles du comportement alimentaire » (TCA) a été lancé en 2011 pour coordonner les prises en charge à Paris et en région parisienne.

Le professeur Melchior nutritionniste à l’hôpital Raymond-Poincaré, explique : « Nous voulons coordonner les structures de soin des patients souffrant de TCA ». En effet, les services hospitaliers d’île de France spécialisés dans la prise en charge des TCA reçoivent plusieurs dizaines de demandes par jour. .

.

La boulimie : un trouble très fréquent

Il existe peu d’études en France portant sur la boulimie.

D’après les données disponibles, la boulimie toucherait 1,5 % des adolescents âgés de 11 à 20 ans. Par contre le recours épisodique à des crises de boulimie serait beaucoup plus fréquent et concerneraient 28% des adolescentes et les stratégies de contrôle du poids près d’une adolescente sur cinq.

L’hyperphagie boulimique, plus rare, concernerait 0,7% des femmes mais plus de 10% des femmes consultant pour des problèmes de surpoids.

.

Obésité : près d’un ado sur 5 est en surpoids

En France, les chiffres de l’obésité chez les jeunes en constante augmentation depuis 20 ans, sembleraient s’être légèrement stabilisés ces dernières années. L’obésité et le surpoids concerne néanmoins un très grand nombre d’adolescents, d’adolescentes et de jeunes adultes.

En 2009, d’après un sondage réalisé par la Drees et l’éducation nationale, 17 % des adolescents scolarisés en classe de troisième étaient en état de surcharge pondérale et près de 4 % en situation d’obésité.

.

Adolescence et alimentation

A l’adolescence, et en particulier chez les jeunes filles, les représentations associées au corps, à la séduction ou à la mode occupent une place essentielle.

Ces préoccupations de conformité sociale, fréquemment associées à l’image du corps sont liée à l’idée qu’il est important de correspondre à certains critères pour pouvoir s’intégrer à un groupe et ne pas se sentir exclu ou rejeté. Ces croyances peuvent rapidement conduire à l’adoption de régimes très stricts, et parfois à une angoisse liée à la prise de poids.

De telles inquiétudes autour du poids et de la nourriture sont d’autant plus problématiques à l’adolescence que les transformations physiques du corps à cet âge sont fortement consommatrices d’énergie et nécessitent des apports nutritionnels importants.

.

Origine des Tca

Il n’y a pas de cause unique des troubles du comportement alimentaire mais une série de facteurs physiques, psychologiques, familiaux et socioculturels. On distingue ainsi classiquement quatre série de facteurs pouvant prédisposer à l’apparition d’une tca :

  • Les facteurs psychologiques : les préoccupation particulière autour de la nourriture, du corps ou de l’apparence.
  • Le contexte familial : la place et les rôles de chacun dans la famille, l’accès à l’autonomie, les règles éducatives peuvent avoir un impact sur les risques de tca.
  • Une vulnérabilité génétique : elle a notamment été mise en évidence par des études sur les jumeaux.
  • L’influence des modèles sociaux et médiatiques : notamment les idéaux de minceur, la place de l’image et les stéréotypes de genre.

.

.

Symptômes des principaux troubles du comportement alimentaire

.

Type de troublePrincipaux symptômes
Anorexie mentale
  • Refus de manger malgré la persistance de l’appétit.
  • Peut s’accompagner de vomissements volontaires, abus de laxatifs et de diurétiques pour compenser le moindre repas normal.
Boulimie
  • Ingestion rapide d’une grande quantité de nourriture
  • comportements compensatoires inappropriés tels que des vomissements, l’utilisation de laxatifs, de lavements, etc.
Hyperphagie
  • ingestion d’aliments en quantités importantes sur une courte période de temps

  • absence de stratégies de contrôle du poids

Compulsions alimentaires
  • Besoin massif, subit et intense de certains aliments, non suivi de vomissement ou de purge, survenant en moyenne une fois par semaine.

Obésité
  • excès de tissu adipeux
  • Indice de Masse Corporel supérieur à 30

.

.

Un test pour les troubles de l’alimentation : le EAT-26

le Eating Attitudes Test (EAT-26) permet l’évaluation du risque de développer un trouble de l’alimentation et des conduites alimentaires (TCA). Largement étudié et validé auprès de populations saines ou atteintes de ce type de trouble, il est l’outil de dépistage des TCA le plus communément utilisé.

Les tests ou questionnaires utilisés pour dépister les TCA ne doivent pas se substituer au diagnostic d’un professionnel et sont fourni dans un but uniquement informatif. Ils peuvent toutefois permettre d’alerter et permettre de mieux savoir quand demander conseil à un professionnel.

.

Faire le test

.

.

Consulter sur Paris pour des troubles du comportement alimentaire

Il est important de consulter dès lors que vous avez des inquiétudes concernant le rapport que vous ou votre enfant enfant avez à la nourriture. Comme le dit Marguerite Dixious, psychologue et diététicienne, « les personnes souffrant de troubles du comportement alimentaire sont en souffrance. Guérir est possible mais les parents doivent être présents pour amener les adolescent(e)s à prendre conscience de leurs difficultés. Un suivi en psychothérapie peut être bénéfique pour l’ensemble de la famille bien souvent mise à mal par ces troubles. »  

Si vous pensez que votre fils ou votre fille souffre d’un trouble du comportement alimentaire et si vous habitez à Paris ou en région parisienne, je peux vous recevoir que ce soit pour une consultation ou pour entamer un psychothérapie.

Si vous habitez en Province, il existe différents annuaires de psychologue ou de psychiatre, je vous conseille :

Pour les psychologues : le site du syndicat national des psychologues.

Pour les psychiatres : l’annuaire des psychiatres sur Ameli.

.

Troubles du comportement alimentaire à l’adolescence
%d blogueurs aiment cette page :