Les troubles du sommeil

Quels sont les différents troubles du sommeil ?

Les troubles du sommeil désignent des perturbations de la durée ou de la qualité du sommeil.

Il existe trois grandes formes de troubles du sommeil : les insomnies (manque de sommeil), les hypersomnies (excès de sommeil), et les « parasomnies » (notamment le somnambulisme).

Comment bien dormir? Insomnies et autres troubles du sommeil

.

      • L’insomnie : 

L’insomnie se caractérise par des difficultés pour s’endormir ou des réveils répétés durant la nuit. Elle est souvent liée à des difficultés (stress, événement douloureux) ou d’autres troubles psychiques (troubles anxieux, voire dépression). D’après une étude de 2006, près d’un français sur dix souffrirait d’insomnie chronique.

.

      • La narcolepsie :

La narcolepsie est une maladie d’origine somatique qui provoque des endormissements soudains durant la journée. Elle est rare, et touche 2 personnes sur 10.000.

.

      • L’hypersomnie :

L’hypersomnie se caractérise par un sommeil trop profond ou excessif. Les personnes hypersomniaques ont tendance à avoir du mal à se lever le matin et à se sentir fatigués pendant la journée, sans nécessairement souffrir de somnolence pendant la journée.

.

      • Le somnambulisme :

Le somnambulisme se définit comme une activité physique et inconsciente durant le sommeil (déambuler, déplacer des objets…).

.

Quelques chiffres sur le sommeil des jeunes

.

      • 2 millions de français souffrent de somnolences

D’après le Baromètre santé jeunes 2010, plus de 2 millions de jeunes français souffriraient de somnolences durant la journée. Les 15-19 ans disent dormir 7h30 en moyenne par nuit (presque 7h45 pour les filles), se couchent vers 23h00, mettent environ 30mn à s’endormir et se réveille à 7h10 en moyenne. Alors qu’ils déclarent avoir en moyenne besoin de 8 h30 de sommeil par nuit, 30 % des jeunes de 15-19 ans seraient donc, toujours selon cette étude, en dette de sommeil, d’où les nombreux problèmes de somnolence.

.

      • Diminution du temps de sommeil chez les jeunes depuis 25 ans

Selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), le temps de sommeil quotidien aurait diminué de 50 minutes en 25 ans chez les adolescents français. Or, le sommeil est un bien particulièrement précieux à cet âge, notamment en ce qui concerne l’apprentissage, l’acquisition des connaissances, la santé et l’équilibre psychologique.

Ainsi,  10 % des jeunes (entre 15 et 19 ans) disent qu’ils ont eu beaucoup de problèmes de sommeil au cours de la semaine écoulée, 17% ne sont pas satisfaits de la qualité de leur sommeil, 12 % souffrent très régulièrement d’insomnie et 8 % ont régulièrement des somnolences au cours de leur journée.

Malgré l’importance et la fréquence des troubles du sommeil chez les jeunes, le problème est souvent banalisé et constitue rarement un motif de consultation. Les difficultés liées au sommeil peuvent pourtant être le signe de problèmes plus graves (dépression, conduites de repli ou dépendances, par exemple).

.

Le sommeil à l’adolescence

A l’adolescence, les besoins en sommeil restent très importants (entre 9 et 10 heures d’après les études en chronobiologie), mais les adolescents ont tendance à fonctionner comme s’ils n’avaient pas plus besoin de repos que les adultes.Il en découle un déficit en sommeil et un risque de somnolence accru en classe notamment.

Les troubles du sommeil des adolescents sont globalement définis de la même façon que que ceux des adultes. Toutefois, ils sont souvent plus sensibles que les adultes aux difficultés passagères de l’existence, et les insomnies témoignent souvent de difficultés à l’école ou de problèmes relationnels.

.

Conseils pour aider les adolescents à mieux dormir

.

  • Essayer de définir le nombre d’heures de sommeil nécessaires pour se sentir bien

Comme nous l’avons vu, les adolescents ont besoin de plus de sommeil que les adultes. En effet, le sommeil aide à nourrir le cerveau et l’organisme, ce qui particulièrement important pour des adolescents en pleine période de croissance rapide. On estime que les adolescents ont besoin de neuf à dix heures de sommeil par nuits en moyenne.

.

  • Établir des horaires de coucher et de lever

Mettre en place des horaires réguliers pour le lever et le coucher va permettre aux adolescents de retrouver un rythme de sommeil plus régulier.

.

  • Éviter de s’endormir devant la télévision

Même si la télévision peut créer un sentiment de protection qui peut aider à s’endormir, il est déconseillé de le faire trop régulièrement. En effet, le bruit et la lumière de l’écran vont stimuler le cerveau pendant la nuit et nuire à la qualité du sommeil.

.

  • Éviter les excitants en fin de journée

Il est important d’arrêter de prendre de stimulants (boissons énergisantes, café, coca, alcool…) lorsque l’on souffre de troubles du sommeil. Le pire étant d’associer prise de stimulants pendant la journée et somnifères le soir (voir à ce propos un article sur le Red Bull).

.

  • Éviter la lumière des écrans avant d’aller se coucher

L’intensité de la lumière indique au cerveau quand se réveiller et quand se préparer à dormir. Les lumières blanches des écrans (tablettes et portables notamment) sont donc particulièrement nocives pour le sommeil (cf.article sur la questions).

.

Consulter pour un trouble du sommeil

Si vous pensez que vous ou votre enfant souffrez de troubles du sommeil importants, il peut être utile de demander conseil à un professionnel. Il peut s’agir d’un médecin généraliste, d’un psychiatre ou d’un psychologue. Vous pouvez également vous adressez à une clinique spécialisée dans les troubles du sommeil.

Si vous habitez à Paris, Montreuil ou en île de France, je peux vous recevoir (Paris XXe) que ce soit pour une consultation ou pour entamer un psychothérapie.

Si vous habitez hors de la région parisienne et que vous cherchez un un psychologue ou un psychiatre près de chez vous, il existe différents annuaires de psy, je vous conseille :

Pour trouver un psychologue : le site du syndicat national des psychologues.

Pour trouver un psychiatre : l’annuaire des psychiatres sur Ameli.

N’hésitez pas également à consulter notre dossier « comment choisir un psy ».